bed and breakfast naples la colazione servita presso il nostro bed and breakfast a napoli une soirée pétillante au B&B Naples | I Visconti bed and breakfast naples | i visconti un hébergement de bed and breakfast à Naples

Naples

Naples: une grande nouveauté. Avec cette sentence la plus part des étudiants de choses napolitaines aiment définir cette ville, en la décrivant comme un énorme et embrouillée enveloppe d’objets – architectoniques, artistiques et historiques – encore à étudier et valoriser.

Naples De la fondation jusqu’au DuchÉ.

Naples

Le voyageur qui arrive à Naples tombe immédiatement sur la singulière présence d’ancien et moderne, aussi dans quelque mètres de distance, entouré du trafic des voitures qui souvent embouteille les rues; il suffit de pénétrer dans le centre historique pour comprendre l’histoire millénaire de la ville, centre qui garde l’ancien tracé des rues du IV siècle, aujourd’hui musée en plein air avec ses rues actives et habitées et qui témoigne la stratification historique passée sur les mêmes lieux pour plusieurs siècles.

La ville en effet n’a pas eu un naturel développement en horizontal mais a grandi sur soi-même en s’adaptant à la morphologie du golfe entouré des collines et donc on a pu garder toutes les phases architectoniques par ses monuments. La première installation urbaine remonte au VII siècle a. C. quand les grecques provenant de Cuma fondèrent Partenope sur le promontoire de Pizzofalcone (Mont Echia).

Naples

Vaincue la bataille par les Cumani et Siracusani (474 a. J.C.) on donnait vie à Neapolis dans la vallée vers la mer: une nouvelle vie au côté de l’ancienne Partenope qui va s’appeler donc Palepolis. Entourée par murs défensifs, Neapolis assume un plan régulier commun dans les villes de la Magna Grecia, avec platee égales partagées par trois grandes rues parallèles coupées d’autres plus petites, un plan qui peut être reconnu encore aujourd’hui.

Après les trois guerres sannitiche Naples en 326 a. J. C. cède à la puissance de Rome en réussissant à garder une certaine autonomie.

De civitas foederata en 89 a. J.C. elle devient municipalité romaine, destination pour patrizi et empereurs; on commence la construction de grands bâtiments civils comme le temple des Dioscuri, le Macellum (visitable aujourd’hui dans les fouilles de San Lorenzo), les ensembles des termes (l’église de Santa Chiara se dresse sur un de ceux) et les luxueuses villas comme celle de Lucullo.

Naples la nuit

La diffusion de la culture grecque-hellénique continue jusqu’à la chute de l’empire romain (476 apr. J.C.) et à la conquête byzantine (553 apr. J.C.). Tandis que les Longobardi avancent vers Benevento Capua et Salerno à Naples commence un processus de indépendance de Bisanzio en devenant un duché autonome dont les chefs étaient ducs-évêques, qui commissionnaient beaucoup de basiliques paléochretienne.

Naples: LE MOYEN AGE ET LA RENAISSANCE

En 1030 avec la donation du territoire d’Anversa par le duc Sergio IV au normand Drengot, on commence le déclin du Duché qui s’écroule définitivement sous le Royaume des deux Sicilie de Ruggero II d’Altavilla. Pendant la monarchie svevo-normande (1139-1266) la ville se fortifie avec de nouvelles constructions comme le Château Capuano et le Château de l’œuf; en 1224 Federico II y fond le Studio, université laique par opposition à celle bolognaise.

Pour la volonté des souverains d’Anjou de 1266 commence une période d’expansion urbaine vers la mer et de rénovation urbanistique: on construit la nouvelle résidence de Castelnuovo, il y a l’institution des Sedili, bâtiments de représentation citoyenne et on commence les grandes structures religieuse comme le Dôme, San Lorenzo, San Domenico, Santa Chiara et San Martino.

Pendant les royaumes de Carlo II (1285-1309) et Roberto d’Anjou (1309-1343) Naples devient un très important centre de réception et diffusion culturelle, on peut ramener les présences de Simone Martini (1317) Boccaccio (1327-1341) Giotto (1328-1333) et Petrarca (1341). Après la dynastie des D’Anjou-Durazzo et les tumultueux événements de la reine Giovanna II (1414-1435) en 1443 Alfonso I il Magnanimo entre en triomphe dans la ville en commençant le royaume aragonese qui comprenait la Sicilie, la Catalogna, Valenza et Maiorca.

Ici commence la Renaissance napolitaine qui a son foyer culturel dans la ville mais qui prend ses incitations par tout la Méditerranée.

Le monument plus représentatif de cette période est surement l’Arc de marbre de Castelnuovo. Malheureusement la plus part des autres témoignages ont dépéri comme la villa de Poggioreale construite par Giuliano da Maiano. C’est un moment heureux pour la culture et les arts figuratives qui viennent favorisées par le développement local des corporisations des métiers et pat l’arrivée de main-d’œuvre étrangère.

L’œuvre de Colantonio, maître de Antonello da Messina témoigne la diffusion de la peinture hollandaise et borgognonne.

NAPLES: LE VICE-ROYAUTE ESPAGNOL

L’indépendance du royaume termine avec la descente en Italie de Ferdinando Il Cattolico.

Les troupes espagnoles du général Consalvo de Cordoba gagnent Naples en 1503 et de ce moment, pour deux siècles, il y aura le vice-royauté espagnol.

Avec la succession de plusieurs viceré nommés par Madrid Naples traverse moments difficiles mais de profonde transformation: la ville commence à prendre la forme actuelle.

Les interventions (mis en œuvre seulement en partie par rapport aux projets) du viceré don Pedro de Toledo (1532-1553) couvrent l’expansion des murs citoyens et la réaménagement urbain en donnant une réponse à la congestion démographique déjà présente dans cette période. En effet Naples au début du ‘600 ètait la ville plus nombreuse d’Europe après Paris.

Aux clients du vice-royauté s’ajoutent les nouveaux ordres religieux, Teatini et Gesuiti avec les frères conventuels (francescani, domenicani et certosini). A la fin du ‘500 on a un énorme développement: bâtiments et églises se multiplient et élargissent.

Grand partie de ce phénomène est due aux nombreuses activités de bienfaisance et assistance. Par conséquence on retrouve un fleurir de client artistiques, d’œuvres et architectures civiles et religieuses très différentes.

C’est suffisant de lire Napoli Sacra de Cesare D’Eugenie (1623) qui conte plus que trois cent églises dans la ville. Il s’agit de la période d’or du Baroque napolitain qui suivit l présence de Caravaggio en reversant la peinture napolitaine du ‘500.

L’éruption du Vésuve (1631) la révolte populaire de Masaniello (1647) et la peste du 1656 sont des décors formidables pour la peinture naturaliste de Battistello, Stanzione, Ribera et Vaccaro et pour la décoration bizarre et fantastique de Cosimo Fanzago qui par ses marqueteries de marbres polychromes recouvre presque toutes les églises les plus importantes de la ville.

LA DYNASTIE DES BORBONI

Pendant tout le XVIII siècle, commencé avec la domination du vice-royauté autrichien de 1707 jusqu’à 1734 et poursuivi avec l’arrivée des Borboni Naples vit un moment particulièrement heureux pour l’enrichissement de nombreux palais nobles.

Carlo di Borbone (de 1734) met en marche une série d’interventions civils mêmes si on a pas un projet de renouvellement global de la ville: élargissement u Palais Royal par de nouvelles décorations, fondation du Théâtre San Carlo, villas à Capodimonte Portici et Caserta et l’audace projet donné à Ferdinando Fuga (1751) de réaliser un grand bâtiment dont le but était l’assistance aux pauvres, L’Albergo dei Poveri.

Carlo di Borbone quitte sa régence à Naples en 1759 pour devenir roi d’Espagne en la confiante au petit Ferdinando de seul huit ans. Dans la seconde moitié du siècle continuent les travaux et l’aristocratie cherche à rivaliser contre la cour remplissant ses villas à Chiaia et Posillipo de décorations raffinés à travers l’œuvre de Francesco Solimena (1657-1747) et Francesco De Mura (1694-1782).

Autour de ces maitres travaillent les artisans des «manufactures royales» comme ceux de la porcelaine, des tapisserie, des pierres dures, des soie de San Leucio et de la nouvelle art de la crèche.

La dynastie des Borboni est arrêtée brièvement de la République Partenopea (1799) et de la décennie française (1806-1815) moments très importants pour la culture et les sciences (comme la fondation de l’Orto Botanico) pour le développement des arts et la création de nouvelles rues urbaines (celles vers Posillipo et Capodimonte).

Le phénomène du Grand Tour , mot générique pour indiquer le voyage de formation des aristocrates et des bourgeois riches étrangers in Italie, a à Naples une destination privilégiée aussi grâce à la curiosité suscitée par les découvertes archéologiques de Ercolano (1738) et Pompei (1748): les cahiers de voyage de Goethe et Stendhal, les dessins de Pitloo (qui ne quittera plus la ville et fondera l’école de Posillipo), les séjours dei peintres romantiques Corot et Turner sont seulement une rapide allusion au fort mouvement culturel qui influencera même la production artistique et des artisans.

Après les sujets abusés du paysage local dans ses différentes interprétations par l’école de Posillipo (Giacinto Gigante et les Palizzi sur tous les autres) et de Resina (avec Marco de Gregorio et Giuseppe de Nittis) à partir des années 1860-1880 se montre le réalisme pictural de Domenico Morelli, Gioacchino Toma et Teofilo Patini dont les sujets préférés sont la dénonciation sociale et le références à l’histoire , à la littérature et au théâtre. Entre-temps, en 1860, du balcon du Palais Doria D’Angri, Garibaldi proclamait l’annexion des provinces du Sud au Royaume Sabaudo. A la fin du ‘800 on réalise beaucoup de projets récupérés de vieilles idées. Ensuite aux épidémies de choléra (1837, 1854, 1884) le « Plan de réadaptation «  décide à démolir des quartiers citoyens pour bonifier le « ventre de Naples » à travers la création de grandes rues; après beaucoup projets contestés par la classe dirigeante de la période qui s’opposait à l’abattage aveuglé, fut construit le Rettifilo (Cours Umberto I) une grande rue qui collègue la gare principale à la place de la Bourse en sacrifiant nombreuses églises anciennes et entrêpots.

Naples: Le ‘900

Après nombreuses interventions « modernistes » et représentatives de la politique des années trente et quarante du XX siècle comme le Port la Mostra d’Oltremare et le Palais de la Poste Naples subit grosses pertes pour les bombardements de l’air de 1940 jusqu’à 1943; pendant la période de l’après-guerre à la vite reconstruction de la ville tombée sous les vises d’affaires de la spéculation de bâtiment il suivit un dangereux tremblement de la terre en 1980 qui s’acharne encore de plus sur les monuments. L’architecture et l’urbanisme de la seconde moitié du ‘900 à l’absence des plans régulateurs comporte des graves conséquences pour la ville. Cela ne se passe pas pour les art figuratives ou expressives en grand ferment: de 1909 on retrouve les premiers mouvements contre l’art d’académie comme la «  Sécession des vingt trois « inspirés des groups de Vienne et Monaco; les successives avant-gardes comme le Group Sud (1946) le MAC (Mouvement Art Concrète 1950) le Group 58 et les nouvelles tendances informelles gênent nombreuses expérimentations créatives toutes rapprochées par la nécessité d’ajourner le débat artistique aux modernes langages internationaux. Ce renouvellement conflue dans l’ouverture de grands espaces pour les musées d’art contemporaine pour donner connaissance au public toujours plus attentif : la Galerie de L’Académie de Belles Arts fondée en ‘700 où on trouve aussi chambres dédiées à l’art antique et de ‘800 mais aussi au ‘900; la fondation de centres équipés sur les arts contemporaines comme le PAN – Palais des Arts de Naples - et le MADRE - Musée d’Art contemporaine Donna Regina.

Tarifs

Garantissons les milleur tarifs de l'internet! miglior prezzo Obtenez un devis gratuit de votre séjour! Profitez de nos offres spséciales et rséservez au meilleur prix!

Contactez-Nous

Special Offer miglior prezzo Our price are all in special offer mode, for now!

Hors saison 10 janvier - 28 février
3 novembre - 5 décembre

Individuelle € 40
Double usage ind. € 45
Double usage ind.sup. € 50
Double € 70
Double superior € 80
Triple € 90
Triple superior € 100
Quadruple superior € 140

Demi-saison mars et août

Individuelle € 40
Double usage ind. € 50
Double usage ind.sup. € 55
Double € 75
Double superior € 85
Triple € 100
Triple superior € 110
Quadruple superior € 140

Pleine saison 6 décembre- 9 janvier
1er avril - 31 juillet
1er septembre - 2 novembre

Individuelle € 40
Double usage ind. € 55
Double usage ind.sup. € 60
Double € 85
Double superior € 95
Triple € 110
Triple superior € 130
Quadruple superior € 160

Tél. +39 0815529124

Contactez-Nous

Les Services de notre Bed and Breakfast a Naples

Services inclus:

  • Air conditionné en chambre
  • Chauffage en chambre
  • Phon en chambre
  • dépột bagages
  • nettoyage quotidien
  • change du linge
  • TV satellitaire
  • DVD/HI-FI en chambre
  • Salle de bains privée
  • Téléphone
  • Service FAX
  • Internet point
  • Wireless access point
  • Entrée pour les disables
  • Coffre-fort en chambre
  • On accepte cartes de crédit
    visamastercardmastercard

Services extra:

  • Blanchisserie
  • Garage (18-25 € par jour)
  • Visites guidées
  • Centre bien-ệtre
  • Location de voitures
  • Taxi pour l’aéroport et gare.
bed and breakfast Napoli raccomandato dalla Routard
Check our online reputation on Trivago

Bed and Breakfast Naples Social



Contactez-Nous